Ce site n'utilise pas de cookies en plus de ceux nécessaires au bon fonctionnement du site. Bonne navigation !

La croissance du 1er réseau privé et familial spécialiste de la nutrition animale se confirme en 2020-2021 (+3%) dans un contexte de marché mouvementé. Le Groupe Michel poursuit ses investissements et innovations au service des filières d’élevage du Grand Ouest, gage de pérennité et d’indépendance.

Entreprise 100% familiale depuis 1947, le Groupe Michel a fait le choix de l’expertise métier, de l’innovation et de la segmentation afin d’offrir une alternative aux agriculteurs et éleveurs du Grand Ouest face au modèle coopératif. Cette stratégie s’est traduite par une dynamique de développement continue de plus de 50% depuis 10 ans sur un secteur qui régresse et se concentre.
L’activité du Groupe Michel connait en effet une croissance de +3% en 2020-2021, passant de 789 642 tonnes à 813 978 tonnes vendues toutes filières confondues, permettant ainsi de poursuivre sa stratégie d’investissements soutenue engagée il y a 2 ans.

La poursuite des investissements du Groupe Michel dans le Grand Ouest.

Rayonnant des régions Pays-de-la-Loire au sud de la Normandie en passant par la Bretagne, le Groupe Michel continue d’étoffer son portefeuille d’offres à destination des acteurs du Grand Ouest, et notamment sur le marché de la Bio. Le Groupe a poursuivi sa croissance organique et acquisition avec le rachat en 2020 de l’entreprise Biomat (44), spécialisée dans la création de produits sur-mesure utilisables en agriculture biologique, et la création en 2021 de MonGrain (35), offrant des solutions de collecte et de valorisation à destination des producteurs de céréales bio et des organismes stockeurs privés souhaitant s’engager et être accompagnés dans la construction de leur filière de collecte de céréales bio.

Le site historique des Etablissements Michel, berceau du Groupe Michel, accueillera également dès l’automne 2022 une usine uniquement dédiée à la production d’aliments issus à 100% de matières premières biologiques. Matthias Michel, P.D.G, indique  : « A travers cet investissement ambitieux, nous affirmons notre volonté de pérenniser l’activité de la Bio au sein de Groupe et ainsi participer à notre échelle au renforcement de la souveraineté alimentaire bio française ».

Le digital étant également l’un des enjeux de l’agriculture de demain, le Groupe Michel a choisi de développer un outil innovant baptisé E-MISPHERE. Fonctionnant telle une usine numérique, cet outil a pour objectifs de mieux connaitre les effets de l’alimentation et des conduites d’élevage sur la production de volailles permettant ainsi de toujours mieux accompagner les éleveurs-partenaires du groupe. A courte échéance, cet outil dynamique permettra aux 350 collaborateurs de l’entreprise de travailler conjointement à l’amélioration de nos savoir-faire de production.

Enfin, présent également sur le segment de la nutraceutique, au travers de ses filiales Nutrifuture-Prod et Infeed, le Groupe innove en créant Solugel, une gamme complète de solutions de nutrition précoce sous forme de gels à destination des volailles de 1 jour pour l’amélioration de la performance globale des filières avec une vocation prometteuse de développement à l’export.

L’activité Volailles s’adapte aux évolutions de marchés

Malgré une année en demi-teinte sur le marché, l’activité Volailles du Groupe Michel a progressé en volume passant ainsi de 320 000 T en 2019-2020 à près de 330 000T vendues en 2021. Innovant sur les questions de productions alternatives, notamment grâce sa démarche VALEURS D’ELEVEURS, le Groupe Michel a entamé en 2018 un plan de construction ambitieux de bâtiments avicoles avec jardin d’hiver, baptisés « TERRE-NEUVE ». Ce plan s’inscrit dans un contexte de marché où les consommateurs recherchent une plus grande exigence qualitative, avec des attentes supérieures en terme environnemental et de bien-être animal. Les poulaillers « TERRE-NEUVE » avec jardin d’hiver permettent, en effet, d’offrir plus de confort aux volailles grâce à 40% d’espace supplémentaire. Joachim Michel, responsable de l’activité Volailles annonce  : « Nous constatons beaucoup d’engouement de la part des éleveurs dans les projets de construction de poulaillers TERRE-NEUVE et poursuivons notre objectif d’implanter 150 bâtiments d’ici 2024 ».

L’activité Porcs confirme sa dynamique de croissance en 2021

En tant que premier réseau privé spécialisé en nutrition porcine avec 407 007 T vendues en 2020-2021, le Groupe Michel nourrit au travers de son réseau de PME environ 10% des cochons français. En plus de son activité historique d’aliments composés, l’entreprise possède une ligne de fabrication d’aliments minéral FAF dédiée au cœur de son usine Michel Nutrition Animale, située à Saint-Germain-en-Coglès (35). Possédant également une ligne d’aliments dédiée au Porcelet 1er Âge, le Groupe Michel a réalisé un tonnage de 13 000 T en 2020-2021 (+20% depuis 3 ans). Alliant proximité et expertise métier, le groupe propose ainsi l’ensemble des produits et services pour accompagner ses clients éleveurs-entrepreneurs. En 2020-2021, SERETAL, l’activité de commercialisation d’animaux porcins du Groupe Michel a confirmé sa croissance avec +3% de volumes. L’activité de la filiale a ainsi presque doublé en 10 ans sa commercialisation de porcs charcutiers passant d‘environ 235 000 porcs vendus à 452 000 porcs vendus en 2020-2021.

L’activité Ruminants  : un programme d’accompagnement technico-économique personnalisé

Sur un marché où la production européenne de lait est en baisse, la France bénéficie toutefois d’une stabilité de prix par rapport aux autres principaux pays producteurs de lait européens. La taille des cheptels de vaches laitières françaises baisse également de 2,2% en 2020, ce qui provoque un net recul de la collecte 2021 en France[1]. Dans ce paysage chahuté, l’activité Ruminants du Groupe Michel offre 2 bénéfices majeurs aux éleveurs partenaires de l’entreprise. Avec 1 500 suivis de performances chaque année, les équipes participent quotidiennement aux côtés des éleveurs à la gestion de la décision. L’accompagnent technique a ainsi permis d’augmenter d’un 1€ par vache laitière par jour chez les éleveurs ayant rejoint le groupe en 2020… Ce qui représente le gain non-négligeable de 36 500€/an pour un cheptel de 100 vaches laitières et qui se traduit par une croissance de l’activité de +4% en 2020.

[1] source  : Agrimer, 2021

Toutes les actualites